Maitriser l'énergie de votre exploitation

 

compteurs de puissance inférieure à 36 kVA : l'exploitation agricole peut profiter d'offres d'électricité dotées d'une remise par rapport aux tarifs réglementés bleus ;

compteurs de puissance supérieure : le client agriculteur doit avoir souscrit à une offre de marché chez EDF ou un fournisseur alternatif, la plupart des offres étant proposées sur devis.

 

 

Comment un agriculteur peut-il maîtriser l'énergie son exploitation agricole ?

 

La consommation massique et croissante énergétiques fossiles par les exploitations agricoles entraîne une hausse de la production de gaz à effets de serre dans l’environnement. L’accumulation de ce gaz dans l’atmosphère est à l’origine du changement climatique qui est déjà une réalité. La sécheresse est la principale menace à laquelle les exploitants de l'agriculture sont confrontés. Les exploitations doivent s’engager vers la sobriété et l’efficacité énergétique pour voir leurs exploitations prospérer.

 

L’exploitation agricole doit s’engager vers l’efficacité énergétique

 

L’agriculture peut contribuer à diminuer la facture énergétique et réduire l’accumulation des gaz à effets de serre dans l’atmosphère en limitant d’une manière drastique ses besoins énergétique fossiles directes et indirectes. Pour ce faire, l’exploitation de l'agriculture doit miser sur une meilleure utilisation des moteurs des tracteurs en abaissant d’une hauteur de 15 % la consommation en carburant. L’exploitation agricole doit également mise sur l’emploi d’engins plus efficaces, à l’exemple des ampoules à basse consommation, ainsi que les moteurs électriques bien dimensionnés. Les exploitants doivent s’orienter vers d’une gestion plus optimisée de l’azote, et cela, sur le plan local ou à l’échelle de l’exploitation. Ces efforts paraissent être une fumisterie, mais ils permettront de réduire les charges des exploitations de près de moitié.

 

Les exploitations agricoles doivent migrer vers un système plus économe

 

Les exploitants agricoles pourront énormément réduire leur consommation énergétique en migrant vers un système de production plus économe, autrement dit, qui valorise les ressources qui sont présentes sur l’exploitation. Si l’état des lieux le permet, les exploitants peuvent transformer les cultures en prairie en élevage pour ruminants ou autres types de bétails. De cette façon, le pâturage peut être maximisé. Ils peuvent également recourir avec des associations de légumineuses-graminées qui offrent une meilleure utilisation de l’azote de l’air. Toutes les ressources présentes sur le terrain doivent être valorisées au mieux. Le bois doit être utilisé comme chauffage ou support de construction. Les déjections des animaux doivent être transformées en engrais.

 

Les actions concrètes qui aideront à économiser

 

Il a été révélé qu’à production égale, l’agriculture locale serait en mesure de réduire ses émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 20 %. Les actions qui aideront à atteindre ce résultat sont :

Une meilleure gestion de la fertilisation : en ayant recours à moins d’engrais chimique, les exploitations agricoles demanderont moins d’énergie pour la dépollution au niveau de la collectivité. Les exploitants agricoles doivent mieux maîtriser leur bilan azote, et utiliser des pièges à nitrates.

Un diagnostic poussé des engins à fioul : tous les engins qui fonctionnent au fioul doivent être inspectés. Des machines en bon état consomment moins et produisent moins de gaz à effet de serre.

Une meilleure gestion de la consommation d’électricité : au besoin l’installation électrique du complexe agricole doit être rénovée. Par ailleurs, les exploitants peuvent se mettre à l’usage des énergies renouvelables. Ils peuvent optimiser l’isolation et la ventilation des bâtiments, ainsi que l’éclairage. Si vous utilisez un tank à lait, la mise en place d’un pré-refroidisseur est de rigueur. Si possible, il faudra récupérer la chaleur qui émane du condenseur du tank.

 

 

Optimiser le stockage de carbone avec des plantations

 

Planter des arbres et des prairies de très longue durée permettra de stocker le carbone. Toutefois, il tient de noter que les variations de stocks de carbone dans l’environnement dépendent de nombreux facteurs. Le boisage ou la transformation d’un terrain en prairie permet de stocker le carbone sur une durée plus ou moins longue. C’est l’une des raisons qui font que la déforestation amplifie le phénomène de déstockage de carbone.

 

Les exploitants agricoles doivent produire leurs propres énergies

 

La biomasse végétale est renouvelable. Elle est également en mesure de recycler du CO2 grâce à la photosynthèse. Une substitution est possible, mais cela ne doit pas empêcher les efforts pour économiser. Les exploitants doivent produire le maximum de mégawatts pour leur propre besoin. Nombreuses sont les solutions qui ont recours à la biomasse et aux énergies renouvelables. On peut utiliser le biogaz, les biocarburants ou les agro matériaux dans la cogénération d’électricité et de chaleur à travers toute l’exploitation. Aussi, on peut utiliser de l’énergie provenant d’une installation éolienne ou d’une installation solaire photovoltaïque.

 

A noter que les agriculteurs, au centre des enjeux futurs, peuvent tout à fait bénéficier de soutien de la part des fournisseurs par rapport à la maîtrise de leur dépense énergétique, c'est notamment le cas avec EDF et son service EDF entreprises, particulièrement son outil d'auto-évaluation énergétique qui est en train d'évoluer pour être adapté aux agriculteurs. Il y a également, toujours chez EDF, le dispositif CONSEIL MDE qui permet de mener une étude plus personnalisée.
Pour en savoir plus sur les différentes possibilités avec EDF : https://www.fournisseur-energie.com/edf-bleu-ciel/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

agribio-aquitaine.fr

Tous droits réservés agribio-aquitaine.fr - 2017

Contact